Le matériel et l’immatériel dans les représentations des lieux de mémoire liés à la traite des esclaves à Ouidah (Bénin).

Poda, Mélanie Bertrand (2008) Le matériel et l’immatériel dans les représentations des lieux de mémoire liés à la traite des esclaves à Ouidah (Bénin). In: 16th ICOMOS General Assembly and International Symposium: ‘Finding the spirit of place – between the tangible and the intangible’, 29 sept – 4 oct 2008, Quebec, Canada. [Conference or Workshop Item]

[img]
Preview
PDF
78-Ew8D-122.pdf

Download (271kB)

Abstract (in English)

Located in the department of the Atlantic, Ouidah is a major historic cities of the Republic of Benin, formerly Dahomey kingdom. Ouidah is the way of communication between the present-day Benin and Europe. Ouidah was the port of departure for the Americas. But also the return postage of Afro-Brazilians who move along the west coast of Africa after the abolition of slavery

« Ouidah, Juda, Ajuda, Whydah, Grégoy, Glehoué… toutes ces appellations différentes désignent un même espace et renvoient chacune à des catégories d’habitants. Les premières sont d’origine européenne et la dernière est considérée comme étant d’origine Fon (…) (Alain, SINOU 1995, p-8)». Située dans le département de l’Atlantique, Ouidah est l’une d’importantes villes historiques de la République du Bénin, ancien royaume de Dahomey. Distante de 40 km à l’Ouest de Cotonou la capitale économique, ville "Porte Océane" du Bénin, Ouidah est la voie par laquelle la communication entre l’actuel Bénin et l’Europe s’est opérée. Ouidah est aujourd’hui une ville moyenne d’une centaine de milliers d’habitants. Alain SINOU (op.cit-p8) qualifie Ouidah d’« une ville particulière en Afrique ». Ouidah, grâce à l’océan, est la voie, la ville par laquelle le commerce du « bois d’ébène » s’est introduit au Bénin. « Ouidah c’est le lieu du rendez-vous du donner et du recevoir auquel la rencontre avec l’Occident, matérialisée par la construction des forts français, anglais, portugais et hollandais, et l’émergence de l’esprit conquérant d’Abomey vont contribuer à donner une tournure tragique : la traite négrière » (TIDJANI 1997 p-2). Ouidah était avant tout le port de départ vers les Amériques. Mais aussi le port de retour des afro-brésiliens qui vont s’installer le long de la côte occidentale de l’Afrique après l’abolition de l’esclavage.

Item Type: Conference or Workshop Item (Paper)
Authors:
AuthorsEmail
Poda, Mélanie BertrandUNSPECIFIED
Languages: French
Keywords: slaves; slavery route; historic city; trade route; commercial port; memorials; spirit of place; intangible heritage
Subjects: O.INTANGIBLE HERITAGE > 01. Generalities
H.HERITAGE TYPOLOGIES > 07. Cultural routes
Name of monument, town, site, museum: Ouidah, Benin
ICOMOS Special Collection: Scientific Symposium (ICOMOS General Assemblies)
ICOMOS Special Collection Volume: 2008, 16th
Depositing User: Jose Garcia
Date Deposited: 21 Sep 2010 12:14
Last Modified: 13 Jan 2011 19:13
References: ANDRE Pierre, artiste peintre, juillet 1986, à la croix des bouquets. In The Sacred art of Vodou, fowler Museum, P.20.

BOURDIEU, Pierre, La Distinction : Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

DESQUERON Lilas, les racines africaines du Vodoun, éditions hoëbeke, paris. P10 juin 2003.

ENTRIKIN John Nicholas, Le langage géographique dans la théorie démocratique, in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Logiques de l’espace, Esprit des lieux. Géographie à

Cerisy, Paris, Belin, 2000, p. 195.

ENTRIKIN John. Nicholas. Lieu, culture et démocratie. in Cahiers de géographie du Québec, 1997, vol. 41, n°114, pp. 349-356.

FABRE, Daniel (dir.), Domestiquer l’histoire : Ethnologie des monuments historiques, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000.

GAULTIER (C.)- Le patrimoine culturel africain, Paris, Maisonneuve et lorose, 201, 407 P.

METRAUX Alfred: le vaudou haïtien, Gallimard, P.11.

MILLER, Daniel, Material Culture and Mass Consumption, Oxford, Basil Blackwell, 1987.« Why Some Things Matter », in Daniel Miller (dir.), Material Cultures: Why Some Things

Matter, Chicago, University of Chicago Press, 1998, p. 3-21.

NORA, Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 tomes : t. 1 La République (1 vol.,1984), t. 2 La Nation (3 vol., 1987), t. 3 Les France (3 vol., 1992).

SANTOS Milton. Pour une géographie nouvelle : de la critique de la géographie à une géographie critique. Alger : Offices des publications Universitaires ; Paris, Publisud, 1986. 188 p.

SINOU (Alain). Architectural and urban herittage, an example of the city of Ouidah , Benin, in culture and development, I .serageldin and J.Taboroff editors, World bank, Pages 289-313, Washington in laville en fen,cahier N°6-7de la laboratoire TMU, Marne la vallée

TCHOBA (C.) culture, développement durable et démocratie participative: l’exemple des ONG environnementales gabonaises. Thèse de Doctorat en géographie et aménagement.

UPPA, 2005-382P.

TILLEY, Christopher, A Phenomenology of Landscape: Paths, Places and Monuments, Oxford, Berg, 1994.

TILLEY, Christopher et al., Handbook of Material Culture, Londres, Sage, 2006.

TIDJANI (Serpos), Ouidah. La route de l’esclave, Canada, Delroisse, S.D.16 P.

TRIACA (B.), Itinéraires au Bénin, Historique, art, Culture , milan Stefroni-1997, 271P.

TURGEON Laurier, 16è Assemblée générale et symposium scientifique de l’ICOMOS, Québec, 29 septembre au 04 octobre 2008.

UNESCO, La Route de l’Esclave, bulletin d’information, N°1-2000, 15 pages.
URI: http://openarchive.icomos.org/id/eprint/171

Actions (login required)

View Item View Item

Metadata

Downloads

Downloads per month over past year

View more statistics

© ICOMOS
http://www.international.icomos.org
openarchive(at)icomos.org